Mes mauvaises filles

Futuropolis

de Zelba

01/09/2021

résumé

 

Mes mauvaises filles de Zelba chez Futuropolis

En 2006, deux soeurs aident leur mère à mourir. A sa demande, elles donnent la mort à celle qui leur a donné la vie. Après Dans le même Bâteau, Zelba signe un roman graphique bouleversant et lumineux sur cet acte vertigineux. Elle évoque le moment, à la fois intime et universel, de la perte d'un être cher. Il aura fallu 13 ans à Zelba pour raconter cette histoire, croiser ses souvenirs avec ceux de sa soeur, changer certains noms et romancer en partie.
Elle aborde de front l'euthanasie, ou la mort assistée, sujet qui suscite des débats contradictoires en Europe. Forte de son expérience, elle milite pour que chaque personne puisse choisir, le moment venu, de mourir comme elle l'entend. A quel moment les soins palliatifs se transforment en acharnement thérapeutique ? Combien de temps peut-on décemment prolonger l'agonie ? Peut-on décider de mourir ? L'euthanasie, ou la mort assistée, est une question délicate à laquelle les pays d'Europe répondent de manière très différente.
C'est en tout cas un sujet sensible qui parle à tout le monde. Le jour de la mort de Vincent Lambert, le 11 juillet 2019, Zelba décide de raconter les derniers instants de la vie de sa mère et dans quelles circonstances sa soeur et elle ont accepté de l'assister à mourir. Cette histoire, Zelba la porte en elle depuis 13 ans et avait tenté plusieurs fois de la raconter avant de renoncer. Ce jour-là, elle comprend qu'il est temps de témoigner et partager cette expérience douloureuse et universelle.

L'avis de Patrice

Impossible de d'arrêter la lecture ni à la fin de l'histoire, ni à la fin de la postface, pas plus après la galerie photos, très joliment et tendrement présentées, mais seulement à la fin des remerciements tellement cette bd m’a touché, m’arrachant tantôt quelques larmes puis tantôt des sourires… Et pourtant le sujet est très difficile à traiter, la fin de vie, l’euthanasie, le choix et la manière… Zelba acrobatique toujours à la limite sans jamais devenir larmoyante ou racoleuse a traité le sujet avec beaucoup de solennité une immense affection. La narration est fluide, le dessin abouti, quel talent… Bref un vrai coup de cœur qui fait réfléchir sur la fin de vie et se poser les bonnes questions ! Tout le monde devrait le lire !

voir le
coup de cœur
en vidéo
coup de cŒur